Présentation

Historiquement, l’architecture de papier désigne des projets d’architectes, dessinés ou gravés, réalisés ou non, et dont certains sont publiés comme modèles et sources d’inspiration. À la fin du XVIIe siècle, l’imagerie populaire diffuse partout en Europe des maquettes d’édifices célèbres en papier à découper et à coller pour distraire les enfants. Remarquables pour le rapport qu’elles entretiennent entre la deuxième et la troisième dimension, elles se révèlent un magnifique support pour sensibiliser les amateurs à l’art de construire. Au XVIIIe siècle, les pédagogues des Lumières encouragent ces jeux de construction inspirés du métier d’architecte, développant l’habileté manuelle et la patience. Au XIXe siècle, l’imagerie d’Épinal édite la célèbre série « Le petit architecte » et en 1925, le Bauhaus de Josef Albers et Laslo Moholy Nagy intègre dans l’enseignement de l’architecture des jeux de découpage et de pliage afin d’encourager la créativité des étudiants. Enfin, l’architecte et professeur japonais Masahiro Chatani invente dans les années 1980 l’architecture origamique, un art du papier dérivé du kirigami qui à partir d’une feuille unique par un jeu de pliages et de découpages crée une architecture en volume.

 

Ingrid Siliakus, Mathilde Nivet, Stéphanie Beck et Béatrice Coron partagent le choix du matériau, la thématique de l’architecture et la poésie des histoires qu’elles racontent. Chacune d’elles s’illustre par une technique particulière dans l’art de découper et de plier le papier. Leurs  constructions réelles ou fictives révèlent la puissance de l’architecture comme source d’inspiration de la création contemporaine.

 

L’exposition plonge le visiteur dans ce monde de papier et l’invite au voyage à travers les architectures origamiques d’Ingrid Siliakus, les villes de dentelles de Béatrice Coron, les édifices délicats de Stéphanie Beck et les façades urbaines de Mathilde Nivet.

 

L’exposition-atelier s’organise autour de deux espaces :

L’exposition :

En plongeant le spectateur dans leurs univers respectifs, les œuvres d’Ingrid Siliakus, Mathilde Nivet, Stéphanie Beck et Béatrice Coron proposent un voyage sensible en architecture et une approche contemporaine de l’art du papier.

© Capa-DR

L’atelier :

Dans cet espace les enfants sont invités à appréhender les différentes techniques liées au pli et à la découpe. En temps d’atelier, accompagnés d’un animateur, ils créent leurs villes imaginaires en papier.

© Capa-DR

 

mis à jour le 28 May 2015
Ministère de la culture et de la communication © Cité de l'architecture et du patrimoine Mentions légales
Dossiers d'itinérances des expositions-ateliersfermer